Loading..

Bonnieres Sur Seine

SITES DE PRODUCTION

1916 : Après avoir acquis un terrain de quelques hectares à Bonnières, au bord de la Seine, l'industriel Louis PIRET commence en février 1916 à travailler l'acier en paquet pour l'armée.

1918 : L'établissement devient Usines Métallurgiques de Saint-Eloi.

1956 : Mise au point d'un processus de relaminage des rails déclassés par les chemins de fer français, pour produire du fer rond nervuré à haute adhérence pour béton armé. Le produit s'impose progressivement sur le marché français et à l'étranger avec le nom "CRELOI" (1957).

1973 : En raison de la diminution progressive des rails à relaminer, certains producteurs français et la Compagnie Française des Ferrailles (CFF) décident d'adopter le modèle des mini-aciéries italiennes. La volonté est d'alimenter le laminoir avec l'acier produit au four électrique.

1976 : En février 1976, le groupe RIVA reprend la majorité du capital d'Iton Seine, absorbe les Usines de Saint-Eloi et poursuit l'activité de l'aciérie et du laminoir avec 225 employés. Par la suite, les innovations technologiques (four de réchauffage, laminoir en ligne...) mises en place à Iton Seine permettent d'augmenter considérablement la production, aussi bien d'acier que de barres pour béton armé, qui triple au cours des quinze années suivantes.

Le site d'Iton Seine dispose d'une Aciérie et d'un Laminoir en perpetuelle évolution, lui permettant une performance industrielle tout en respectant les règles des plus strictes en matière de sécurité, qualité, environnement, énergie et développement durable. 

Les équipements majeurs de son Aciérie:

  • Un four électrique à arc, d’une capacité de 74 tonnes, placé dans un dog-house garantissant une sécurité optimale des personnes et du process.
  • Un four poche pour l’affinage de son acier.
  • Une coulée continue à 5 lignes.
  • Une installation de captage et de traitement des fumées.
  • Un circuit fermé pour acheminer et traiter les eaux de refroidissement directes et indirectes.

Les équipements majeurs de son Laminoir :

  • Un four de réchauffage billettes avec brûleur régénérateur à récupération de chaleur.
  • Une ligne d’ébauche avec 9 cages en saillie, suivie par un train intermédiaire et un train finisseur.
  • Un tempcore pour refroidissement et traitement du laminé.
  • 2 sécateurs, 2 plaques de refroidissement.
  • Une ligne de pesage et d’étiquettage avec 4 travées de stockage.

 

Rubriques connexes